Les sportifs d’élite, ou tout autre jeunes gens montrant un talent précoce dans une discipline sportive, qui souhaitent se consacrer entièrement à leur sport dans le but d’en faire une carrière peut compter en Suisse sur plusieurs possibilités. Il existe de bonnes infrastructures pour le sport et des clubs de haut niveau dans diverses disciplines.

En parallèle à un entraînement sportif soutenu, il peut être utile, malgré un talent important pour le sport, d’effectuer une formation scolaire de niveau maturité. Ceci peut permettre d’être accepté dans une université avec un bon programme sportif, ou encore offrir la possibilité d’une future reconversion professionnelle en cas de besoin. Assurer ses arrières en cas de changements de situations sportives est important pour la suite de son cursus de vie.

Dans les gymnases publics en Suisse, l’emploi du temps fixe est très contraignant, de plus il n’est plus possible de s’y inscrire après un certain âge. Il est donc extrêmement compliqué pour un sportif de concilier une formation scolaire avec un entraînement physique régulier sans devoir faire d’importantes concessions. Avec la maturité suisse, un étudiant peut se décharger de nombreuses contraintes liées à une formation habituelle. 

Une formation à distance comme celle proposée par l’institut-Domi est une solution idéale. Elle permet de structurer et d’organiser soi-même son horaire et d’étudier à son rythme. Grâce à un programme disponible en ligne, les élèves peuvent travailler depuis n’importe où; De surcroît, toute la méthodologie est téléchargeable en pdf pour en faciliter l’accès. A l’aide d’un ordinateur ou d’un autre outil similaire avec accès à internet, ils économisent ainsi un éventuel temps en classe superflu. Le temps nécessaire au déplacement entre le domicile et le lieu d’étude est également supprimé. Tout le programme est disponible sur une plateforme internet, accessible en tout temps, et les élèves peuvent prendre contact avec les professeurs, par email ou par visioconférence, dès qu’ils en ont besoin. 

Vincent Wenger